http://www.librairiedutemple.fr/1452-thickbox_default/la-cite-investie--la-science-du-judaisme-francaise-et-la-republique.jpg Agrandir

LA CITE INVESTIE : LA "SCIENCE DU JUDAISME" FRANCAISE ET LA REPUBLIQUE

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

Un courant intellectuel s'affirme dans le judaïsme français du XIXe siècle, qui, relevant le défi de l'idéalisme allemand, trouve dans l'étude scienti...

Plus de détails

Référence :

220404405

Auteur

Simon-nahum Perrine 

Editeur

Cerf 

Pages

348 p. 

Format

22 x 14 cm 

Reliure

Broché 

Date de parution

1/1/1992 

Disponibilité :

Disponible

28,13 €

Quantité :

Un courant intellectuel s'affirme dans le judaïsme français du XIXe siècle, qui, relevant le défi de l'idéalisme allemand, trouve dans l'étude scientifique du judaïsme la légitimation de son existence au sein d'une société moderne. Pourquoi ce courant est-il absent des études historiques contemporaines? Sans doute parce que les juifs français privilégient l'expression nationale de leur identité. Sans doute aussi parce que certains historiens du génocide ont une lecture rétrospective de l'histoire. L'affaire Dreyfus ne constitue pas pour nous un point de départ mais un point d'arrivée: le moment où les savants juifs français, intellectuels avant la lettre, se fondent dans la communauté intellectuelle nationale et abandonnent toute définition spécifiquement confessionnelle pour adopter les critères du politique. Venus d'Allemagne dans la première moitié du siècle, Salomon Munk, Joseph Derenbourg, Henri Weil, Joseph Halévy et leurs disciples en France, Michel Bréal, Arsène et James Darmesteter, Théodore et Salomon Reinach, ne vont pas se contenter de redéfinir l'identité d'une communauté désormais émancipée. Promoteurs brillants des méthodes scientifiques allemandes - qu'il s'agisse de la philosophie, de la sémantique ou des études orientales -, ils jouent un rôle central dans la fondation des sciences sociales en France. Et le moment venu, ils s'engageront aux côtés de la République. L'enjeu du débat est double. Le mouvement de fondation d'un judaïsme critique correspond à l'un des rares possibles du judaïsme culturel émancipé. Il véhicule une interrogation essentielle sur la manière de rester juif dans une société moderne.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis