http://www.librairiedutemple.fr/2723-thickbox_default/fin-de-smyrne--du-cosmopolitisme-aux-nationalismes.jpg Agrandir

FIN DE SMYRNE : DU COSMOPOLITISME AUX NATIONALISMES

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

Pourquoi les cités de la Méditerranée orientale fascinent-elles tant ? En quoi la connaissance d'Alexandrie, de Beyrouth, de Constantinople, d'Odess...

Plus de détails

Référence :

227106300

Auteur

Georgelin Herve 

Editeur

Cnrs 

Pages

254 p.- 16 pl. 

Format

24 x 17 cm 

Reliure

Broché 

Illustration

illustrations en noir et blanc, cartes 

Date de parution

13/5/2005 

Disponibilité :

Disponible

30,14 €

Quantité :

Pourquoi les cités de la Méditerranée orientale fascinent-elles tant ? En quoi la connaissance d'Alexandrie, de Beyrouth, de Constantinople, d'Odessa, de Salonique et de Smyrne est-elle un sésame indispensable à la compréhension d'un monde essentiellement pluriel dans lequel nos sociétés, issues des premiers États-nations, prennent conscience d'être projetées ?L'histoire de la Smyrne ottomane tardive est exemplaire d'une gestion sociale élaborée impliquant différents groupes humains, aux références religieuses et en partie juridiques divergentes. La pluralité des langues parlées en ville et la diversité des mises vestimentaires donnent au visiteur et au lecteur pressés une impression superficielle de Babel chaotique, alors que les représentations de l'ordre familial et social étaient largement partagées par l'ensemble des Smyrniotes - qu'il s'agisse de citadins grecs, turcs, juifs, arméniens, levantins. La place respective des uns et des autres dans cet arrangement hiérarchisé permettait une cohabitation quotidienne. En fait, c'est avec grand art que les moments de proximité ouverte et ceux d'intimité exclusive étaient agencés dans la cité. La diversité, considérée comme une donnée, fut pourtant perçue par des cercles politiquement actifs de la ville et au-delà comme de moins en moins légitime...Ces sociétés urbaines du siècle passé ne nous offrent donc pas de «plan de route» infaillible pour une coexistence inscrite dans la pluralité. Leur fin, le plus souvent catastrophique - celle de Smyrne fut particulièrement violente et meurtrière -, doit au contraire nous alerter sur les dangers d'une absence de citoyenneté commune dans ces mondes cloisonnés.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis