http://www.librairiedutemple.fr/1216-thickbox_default/geographie-de-l-espoir--l-exil-les-lumieres-la-desassimilation.jpg Agrandir

GEOGRAPHIE DE L'ESPOIR : L'EXIL, LES LUMIERES, LA DESASSIMILATION

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

Nul n'ignore plus la différence fondamentale entre le judaïsme de l'Est de l'Europe et celui de l'Ouest. Le premier était une civilisation, irriguant

...

Plus de détails

Référence :

207077060

Auteur

Birnbaum Pierre 

Editeur

Gallimard 

Pages

486 p. 

Format

23 x 14 cm 

Reliure

Broché 

Date de parution

29/4/2004 

Disponibilité :

Disponible

25,40 €

Quantité :

Nul n'ignore plus la différence fondamentale entre le judaïsme de l'Est de l'Europe et celui de l'Ouest. Le premier était une civilisation, irriguant la vie publique et les institutions communautaires; c'est en son sein que naquirent, avec les premières enquêtes historiques et sociologiques, les études juives. Le second, qui bénéficia des Lumières et de l'émancipation politique des Juifs, se marqua longtemps par la mise à distance, voire le rejet du judaïsme comme mode de vie intégral et ritualisant l'espace public: être juif était une question de confession privée. Aussi, lorsque, au cours du XXe siècle, les Juifs acquièrent des positions prééminentes dans les sciences sociales, ils délaissent pour la plupart systématiquement l'anthropologie, la sociologie ou l'histoire politique des sociétés juives passées ou contemporaines, soucieux de limiter le poids de leur passé propre et de ne pas se placer «du dehors» de la société. Les noces des sciences sociales et des études juives, un temps célébrées, tournent au divorce. Pourtant ressurgissent de nos jours, dans les sociétés pluralistes, notamment aux États-Unis, des tentatives de réinventer un destin collectif, par un effort de désassimilation, comme en écho au judaïsme de l'Est de l'Europe. Ce paradoxe ne se comprend qu'au prix d'un grand périple dans les sciences sociales occidentales, de l'Allemagne du XIXe siècle aux États-Unis d'aujourd'hui, en passant par la France et la Grande-Bretagne. On y découvre alors l'origine historique et culturelle des grandes thèses que sont: la fin attendue des Juifs par résorption ou assimilation; leur acceptation, en marge de la société, en tant qu'étrangers ou paria; ou enfin leur reconnaissance, comme autant d'individus dotés, en diaspora, d'un domicile tenu pour inviolable dans lequel peut se donner libre cours une sociabilité commune. On voit le chemin chaotique ouvert par Karl Marx, Georg Simmel et Émile David Durkheim - et que prolongent de diverses manières Raymond Aron, Hannah Arendt, Isaiah Berlin et Michael Walzer - croiser, à de multiples reprises et de manière surprenante, celui que parcourent, de leur côté, Heinrich Graetz, Simon Doubnov, Salo Baron et aujourd'hui Yosef Hayim Yerushalmi. Car, par beaucoup d'aspects, les études juives contemporaines, preuves de la légitimité de la présence juive en diaspora, se présentent comme les héritières de ces géants confrontés, au siècle passé, aux expressions les plus contrastées des Lumières comme des contre-Lumières. S'esquisse ainsi une vraie géographie de l'espoir juif.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis