http://www.librairiedutemple.fr/1121-thickbox_default/moses-mendelssohn--la-naissance-du-judaisme-moderne.jpg Agrandir

MOSES MENDELSSOHN : LA NAISSANCE DU JUDAISME MODERNE

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

Il est des vies qui ne valent que par leurs oeuvres. Telle est bien l'existence de Moses Mendelssohn (1729-1786). Issu d'un milieu pauvre et pieux, ...

Plus de détails

Référence :

207072998

Auteur

Bourel Dominique 

Editeur

Gallimard 

Pages

640 p. 

Format

24 x 16 cm 

Reliure

Broché 

Date de parution

13/5/2004 

Disponibilité :

Disponible

29,14 €

Quantité :

Il est des vies qui ne valent que par leurs oeuvres. Telle est bien l'existence de Moses Mendelssohn (1729-1786). Issu d'un milieu pauvre et pieux, il se fit très tôt remarquer par ses dons intellectuels, salués par les plus grands de ses contemporains - Kant, Goethe, les frères Humboldt, sans oublier Lessing qui en fit le héros éponyme de sa pièce sur l'amour du genre humain, Nathan le Sage.Père fondateur d'une dynastie d'une quarantaine d'aristocrates, de banquiers, d'industriels, de juristes, d'officiers, de politiciens, de professeurs d'université, de religieuses et d'un compositeur - Felix Mendelssohn -, Moses fut un pivot des Lumières allemandes et européennes : soucieux de réconcilier la foi et la raison, il n'eut de cesse de souligner l'immortalité de l'âme ; de prouver que, par la raison, l'homme pouvait, tout autant que par l'observance des rites et la récitation des prières, accéder à la Révélation divine ; de défendre enfin la singularité du judaïsme, seule religion dont la Loi a été révélée. De là, sa défense et illustration de la foi de ses ancêtres et son engagement dans la bataille en faveur de l'émancipation civique de ses coreligionnaires, pour lesquels il traduit le Pentateuque en allemand mais en caractères hébraïques, afin que la culture juive puisse innerver la culture allemande. Il entend célébrer les noces des Lumières allemandes (Aufklärung) et des Lumières juives (Haskala).L'Europe intellectuelle se précipite sur ses ouvrages. Celui qui, dans la journée, tenait les livres de compte d'une soierie, «Monsieur Moyse, grand savant juif à Berlin» devient, de son vivant, le «Platon allemand». Vénéré à l'égal de Maimonide, son nom chemine en France lors des débats sur les juifs à l'Assemblée nationale entre 1789 et 1791, puis grâce à Mirabeau. Il y a quelques années encore, son portrait se trouvait aussi bien à Rehavia chez les juifs allemands de Jérusalem que dans la banlieue de Boston ou dans le «quatrième Reich», Washington Heights à New York, partout où les juifs allemands s'exilèrent.Car la vie réelle de Moses Mendelssohn, c'est la postérité de son oeuvre essentielle : la «symbiose judéo-allemande». La débauche d'intelligence issue de cette mystérieuse alchimie et illustrée par les noms célèbres de Heine, Marx, Einstein, Freud, Schönberg et tant d'autres, naquit grâce à Moses Mendelssohn, le Dernier Moïse.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis