http://www.librairiedutemple.fr/2512-thickbox_default/nous-pouvons-vivre-sans-les-juifs.jpg Agrandir

NOUS POUVONS VIVRE SANS LES JUIFS

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

L'élimination physique de six millions de juifs européens, entre 1939 et 1945, est le crime collectif le plus terrifiant de l'histoire de l'humanité. ...

Plus de détails

Référence :

226202356

Auteur

Husson Edouard 

Editeur

Tempus/perrin 

Pages

179 p. 

Format

20 x 13 cm 

Reliure

Broché 

Date de parution

25/8/2005 

Disponibilité :

Disponible

16,08 €

Quantité :

L'élimination physique de six millions de juifs européens, entre 1939 et 1945, est le crime collectif le plus terrifiant de l'histoire de l'humanité. Personne ne doute qu'il y eut préméditation chez Hitler. Mais, comme les grands criminels, Hitler a tout fait pour effacer les traces de son implication. Personne n'a retrouvé d'ordre écrit de sa main ; il n'y en a vraisemblablement jamais eu.Peut-on savoir quand il a donné cet ordre ? Comme dans toute enquête sur un crime, il faut partir à la recherche d'indices. Si la preuve directe manque, des éléments permettent, indirectement, de retracer le processus de décision. Nous avons la trace d'ordres venus d'en haut, écrits ou oraux - aujourd'hui détruits. En fait, les chefs nazis avaient prévu deux étapes : le massacre des juifs d'Union soviétique à partir de juin 1941, puis la déportation (et donc la mort lente) de tous les autres juifs européens en Sibérie, après la défaite de Staline. C'était dans la perspective où l'URSS aurait été vaincue à l'automne 1941. Or elle tint bon, malgré les défaites de l'été 1941. Mais le Führer ne voulait pas renoncer à son projet. La deuxième partie du génocide commença alors, celui des juifs vivant en Pologne, dès la fin de l'été.Excellent connaisseur des archives allemandes et des travaux les plus récents, Edouard Husson livre une conclusion appelée à faire date et débat : c'est dans la première quinzaine de novembre 1941 que Hitler donna l'ordre de tuer tous les juifs d'Europe. La conférence de Wannsee, relue dans cette perspective, n'est pas le moment de la décision, mais celui de l'organisation d'une décision prise deux mois plus tôt.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis