http://www.librairiedutemple.fr/2147-thickbox_default/nous-etions-des-geants.jpg Agrandir

NOUS ETIONS DES GEANTS

Expédition sous 2 à 3j sous réserve de disponibilité

« Un jour, racontent les auteurs, nous sommes tombés sur cette phrase dans un livre d'histoire : "En 1949, les Sept Nains d'Auschwitz firent une tourn...

Plus de détails

Référence :

222889933

Auteur

Koren/negev 

Editeur

Payot 

Pages

285 p. 

Format

24 x 16 cm 

Reliure

Broché 

Illustration

illustrations en noir et blanc 

Date de parution

1/8/2005 

Disponibilité :

Disponible

18,09 €

Quantité :

« Un jour, racontent les auteurs, nous sommes tombés sur cette phrase dans un livre d'histoire : "En 1949, les Sept Nains d'Auschwitz firent une tournée dans les villes d'Israël en donnant un spectacle de chant et de danse." Intrigués par cette étrange union entre la mort et le divertissement, nous avons rencontré Perla Ovitz, la dernière survivante d'une singulière fratrie originaire du nord de La Transylvanie. Elle est devenue notre amie et nous a raconté à Haïfa la fabuleuse histoire de sa famille. »Artiste et homme de foi, le minuscule Shimshon Eizik Ovitz eut dix enfants entre 1886 et 1921, dont sept de petite taille. Ces derniers fondèrent la Troupe lilliputienne et se produisirent à travers l'Europe centrale comme musiciens, chanteurs et comédiens. Au printemps 1944; tous furent déportés à Auschwitz-Birkenau avec plusieurs membres de leur famille. Dés leur arrivée au camp; ils furent sélectionnés pour servir d'objets d'étude au docteur Mengele qui cherchait à percer les mystères de la génétique. S'ils subirent nombre d'examens, tous survécurent et ils entretinrent avec le sinistre médecin une relation étrange : c'ést parce qu'il les avait choisis pour son laboratoire que le nazi leur avait sauvé la vie, mais à tout moment celui qui se faisait appeler « Oncle Mengele » par ses cobayes pouvait décider de les renouveler.Après leur libération en janvier 1945, frères et soeurs vécurent bien des aventures. En 1949 ils émigrèrent en Israël où ils durent de nouveau vivre dans les sordides baraquements d'un camp. Pourtant, au long de toutes ces années d'épreuves, les Ovitz ne perdirent jamais goût à la vie parce que jamais ils ne se séparèrent.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Donner votre avis