REVUE HISTOIRE SHOAH 190 QUINZE ANS APRES
  • REVUE HISTOIRE SHOAH 190 QUINZE ANS APRES

REVUE HISTOIRE SHOAH 190 QUINZE ANS APRES

La rapidité avec laquelle la communauté internationale a reconnu le génocide des Tutsi du Rwanda - sans rien tenter pour l'empêcher - n'a eu d'égale q
En savoir plus
18,10 €
Quantité

  • Expédition sous 2 à 3 jours sous réserve de disponibilité
  • Paiement 100% sécurisé
La rapidité avec laquelle la communauté internationale a reconnu le génocide des Tutsi du Rwanda - sans rien tenter pour l'empêcher - n'a eu d'égale que la vitesse d'exécution de celui-ci. Les massacres d'avril à juillet 1994 ont causé, selon l'ONU, la mort de 500 000 à 800 000 personnes. Les autorités rwandaises en estiment le nombre à plus d'un million. Pour donner une idée de ce qui est arrivé au Rwanda, il suffit de dire que 20 000 personnes ont été tuées chaque jour pendant les huit premières semaines du génocide, (soit 80% du total des victimes). Cette entreprise d'extermination n'a pas été déclenchée de façon subite et irraisonnée sous la pression de circonstances politiques imprévues. Elle a au contraire été minutieusement préparée. Une faction extrémiste s'est emparée de l'appareil d'un État fortement centralisé et s'est consacré exclusivement à l'élimination d'un groupe de ses citoyens désignés par leur appartenance à une prétendue « ethnie », en utilisant pour la perpétration de ce crime son armée, sa garde nationale, des forces paramilitaires déjà préparées à cet effet et toute son administration, avec le soutien massif d'une population conditionnée à tuer depuis des mois par des médias diffusant la haine et la peur. Très peu de commentateurs ont perçu à l'époque la gravité des événements. Presque tous ont préféré voir dans ce génocide un nouveau cycle de « massacres inter ethniques » opposant, sur fond de « guerre civile », deux communautés se haïssant depuis des siècles. On a volontiers parlé de «double génocide ». L'utilisation répétée de ces expressions a convaincu le monde entier qu'il n'y avait ni bourreaux ni victimes au Rwanda en 1994, que l'État rwandais, dépassé par les événements, faisait de son mieux pour ramener l'ordre dans le pays, et enfin que ces atrocités tropicales anarchiques échappaient à toute analyse politique rationnelle. Quinze ans après, il s'agit de nommer le crime et les pratiques criminelles. Il s'agit aussi d'affronter l'angoisse qui nous saisit chaque fois que l'on se penche sur l'abîme du génocide et d'introduire cette tragédie dans le temps long de l'histoire, en évitant de plaquer des schémas anciens sur des réalités nouvelles. Le génocide des Tutsi du Rwanda fut une explosion de violences extrêmes comme l'histoire n'en a guère enregistré de comparable, un déferlement de cruautés caractérisées par la dimension populaire et intra-religieuse du massacre et par l'éclatement des familles quand une partie de la fratrie mit l'autre à mort. Il est enfin singularisé par le retour des meurtriers dans les communautés d'origine, une situation entraînant jusqu'aujourd'hui la cohabitation forcée entre survivants et bourreaux. Décidément, tout dans le génocide des Tutsis du Rwanda semble s'inscrire hors des schémas connus et plus exactement, sans doute, au delà.
Référence
9782952440981
Auteur
Memorial De La Shoah
Pages
450 p.
Reliure
Broché
ISBN
9782952440981

Nous vous suggérons aussi

Déjà vus