SMYRNE, LA VILLE OUBLIEE ? 1830-1930 MEMOIRES D'UN GRAND PORT OTTOMAN
  • SMYRNE, LA VILLE OUBLIEE ? 1830-1930 MEMOIRES D'UN GRAND PORT OTTOMAN

SMYRNE, LA VILLE OUBLIEE ? 1830-1930 MEMOIRES D'UN GRAND PORT OTTOMAN

Qui se penche sur l'histoire de Smyrne est frappé par le décalage entre le destin exceptionnel qu'a connu cette ville depuis l'Antiquité et l'oubli d

En savoir plus
18,10 €
  • Expédition sous 2 à 3 jours sous réserve de disponibilité
  • Paiement 100% sécurisé

Qui se penche sur l'histoire de Smyrne est frappé par le décalage entre le destin exceptionnel qu'a connu cette ville depuis l'Antiquité et l'oubli dans lequel elle est tombée après le terrible incendie de 1922. Izmir, la ville reconstruite sur ses cendres, ressemble bien peu à la brillante ville ottomane du XIXe et du début du XXe siècle. Dès la fin du XVIIe siècle, Smyrne est un port florissant de la Méditerranée orientale. "Smyrne l'Infidèle" pour ses habitants musulmans parce que les non-musulmans - juifs et chrétiens - y sont majoritaires ; "petit Paris de l'Orient" pour les voyageurs européens qui la visitent au XIXe siècle en raison de l'intense vie intellectuelle qui y règne. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, cette ville prospère grâce a ses relations commerciales multiples, rayonne par son cosmopolitisme - y coexistent Européens, chrétiens orthodoxes et catholiques, musulmans et juifs -, par ses liens étroits avec l'Europe, par l'ingéniosité de ses habitants en matière d'innovations et par leur goût pour les arts. Ce sont les habitants de Smyrne, leurs sociabilités, leurs mémoires, de 1830 à 1930, qui sont évoqués ici, pour mieux comprendre un siècle charnière de l'histoire de cette ville trop longtemps oubliée. Plus de vingt cartes postales de l'époque complètent cette étude historique pour en faire un véritable récit.

Référence
274670801
Auteur
Smyrnelis Marie-carmen
Editeur
Autrement
Pages
252 p.
Format
23 x 15 cm
Reliure
Broché
Illustration
illustrations en noir et blanc
Date de parution
2/2/2006
ISBN
2746708019

Nous vous suggérons aussi

Déjà vus